Des crèmes médicamenteuses peuvent être prescrites dans les cas graves


Des crèmes médicamenteuses peuvent être prescrites dans les cas graves

L’âge gestationnel (nombre de semaines de grossesse) et le poids à la naissance détermineront également les chances de survie et les perspectives de santé d’un bébé après l’accouchement. Les bébés nés prématurément et avec un faible poids à la naissance sont à risque pour de nombreuses conditions sous-jacentes qui peuvent avoir un impact sur le bien-être.

Un prolapsus du cordon ombilical peut être effrayant et dangereux. Mais, grâce aux nombreuses avancées médicales, les chances de survie du nourrisson sont excellentes. Il est essentiel de savoir à quoi s’attendre lors d’une urgence obstétricale lorsque les principaux objectifs sont de vous garder, vous et votre bébé, en sécurité et en bonne santé.

La peau d’un nouveau-né peut subir des changements au cours des premières semaines de sa vie. Ces changements deviennent une source de préoccupation pour les parents, même si beaucoup ne sont pas vraiment inquiétants. Quelles sont les éruptions cutanées les plus courantes chez le nouveau-né, quelles en sont les causes et quelles sont les options de traitement disponibles ?

Points clés à retenir:

  • Les éruptions cutanées néonatales sont courantes, répandues et attendues.
  • La plupart des éruptions cutanées infantiles disparaissent d’elles-mêmes et ne nécessitent aucun traitement ou un traitement minimal.
  • L’éducation et la sensibilisation aideront à calmer vos inquiétudes parentales.

Éruptions néonatales les plus courantes :

Les éruptions cutanées peuvent affecter chaque nouveau-né dans une certaine mesure. Heureusement, ils sont généralement spontanément résolutifs ou résolus indépendamment et ne nécessitent aucun traitement. La plupart des éruptions cutanées ne causent aucune gêne à votre bébé. Cependant, certaines affections cutanées peuvent nécessiter une enquête plus approfondie ou causer des douleurs à votre nouveau-né. Regardons chaque éruption individuellement.

Érythème toxique du nouveau-né

L’érythème toxique du nouveau-né (ETN) touche 40 à 70 % des nouveau-nés. ETN se développe généralement avant la sortie de l’hôpital le deuxième ou le troisième jour de la vie. L’éruption est caractérisée par des macules et des papules – des décolorations aplaties ou des taches surélevées – entourées d’une zone rougie. Les macules et les papules rougies peuvent se transformer en petites taches ressemblant à des cloques. L’éruption se produit généralement sur le visage, l’abdomen et les extrémités.

La cause de l’ETN est inconnue. Une théorie décrit une réponse immunitaire du nourrisson à la croissance des microbes. Quelques études ont soutenu cette théorie. ETN disparaît généralement dans les 7 à 14 jours, mais peut réapparaître dans le premier mois de la vie. Cette éruption ne nécessite pas de traitement et n’est pas associée à des résultats négatifs.

Acné du bébé (acné du nouveau-né)

L’acné du bébé, ou acné du nouveau-né, touche jusqu’à 20 % des nouveau-nés. L’acné du bébé ressemble à l’acné que nous pouvons associer aux adolescents. L’éruption provoque des bosses surélevées et enflammées qui peuvent se transformer en points blancs. Il se produit généralement n’importe où sur le visage. L’acné du bébé apparaît après le premier mois de vie et peut persister jusqu’à l’âge de quatre mois.

La cause de l’acné du bébé n’est pas claire. L’éruption cutanée peut être causée par la relation entre les glandes sébacées du nourrisson – une glande sécrétant de l’huile dans les follicules pileux – et les hormones maternelles et infantiles.

Habituellement, l’acné de bébé ne nécessite aucun traitement. Cette éruption disparaît d’elle-même sans conséquences. Des crèmes médicamenteuses peuvent être prescrites dans les cas graves. Il est crucial de ne pas pincer, presser ou frotter vigoureusement l’acné de bébé.

Milia (taches de lait)

Milia – souvent appelée «taches de lait» – affecte jusqu’à 50% des nouveau-nés. De minuscules bosses blanches apparaissent généralement sur le haut des joues, le nez et le menton. Aucune rougeur ou inflammation n’est associée aux milia. Les milia sont généralement présents à la naissance, mais peuvent apparaître plus tard chez les prématurés. Les taches de lait sont causées par la kératine – une protéine présente dans la peau – qui a été piégée dans les follicules pileux. Aucun traitement n’est nécessaire pour les taches de lait ou les milia, qui ont tendance à disparaître au cours du premier ou du deuxième mois de vie.

Croûtes de lait (dermatite séborrhéique infantile)

La dermatite séborrhéique infantile (DSI) est une éruption familière, souvent appelée croûtes de lait, car elle survient souvent sur le cuir chevelu. L’éruption cutanée peut apparaître sur le visage, les oreilles, le cou et les aisselles et peut rapidement se propager à la zone de la couche. Les croûtes de lait se caractérisent par des rougeurs et des squames d’apparence grasse. Cependant, seules des rougeurs peuvent apparaître dans les plis cutanés et les plis des articulations. L’ISD peut apparaître vers la deuxième semaine de vie et peut durer jusqu’à 4 à 6 mois.

La cause des croûtes de lait est inconnue. Certaines études ont identifié une souche de levure comme coupable. Les hormones peuvent également être un facteur contributif. La dermatite séborrhéique ressemble à la fois à la dermatite atopique et au psoriasis. La dermatite atopique, ou eczéma, coexiste souvent. L’apparition rapide d’une ISD peut également être préoccupante et peut indiquer une immunodéficience. Dans ce cas, une évaluation par un pédiatre ou un dermatologue est indispensable. Le médecin évaluera l’apparence de l’éruption cutanée, l’âge d’apparition du nouveau-né, l’évolution de l’éruption cutanée et son emplacement.

Les croûtes de lait, comme beaucoup d’autres éruptions cutanées chez le nouveau-né, guérissent d’elles-mêmes. « L’attente vigilante » est souvent la recommandation des pédiatres. Un émollient ou une huile comme la vaseline blanche ou l’huile de noix de coco peut être appliqué sur les écailles graisseuses, puis délicatement retiré avec une brosse douce. D’autres options de traitement sont disponibles, mais doivent être utilisées avec prudence en raison de problèmes de sécurité.

Eczéma du bébé (dermatite atopique)

L’eczéma du bébé est une éruption cutanée moins courante qui touche environ 13 % de tous les enfants de moins de 18 ans. Cette éruption peut causer de l’inconfort à votre bébé. La dermatite atopique est un type d’eczéma caractérisé par des squames sèches qui démangent ou des bosses qui peuvent laisser échapper du liquide. L’eczéma chez les nouveau-nés apparaît généralement sur la tête et les joues. Il peut également apparaître sur les coudes et les genoux des enfants plus âgés.

L’eczéma apparaît généralement vers l’âge de six mois, mais peut survenir plus tôt. La dermatite atopique n’a pas de cause connue, mais de nombreux facteurs peuvent jouer un rôle dans son développement, notamment les savons, les nettoyants, les lotions, les allergies alimentaires et l’air sec. L’eczéma peut avoir des exacerbations ou des poussées en réponse à des déclencheurs spécifiques. L’eczéma du bébé peut nécessiter un traitement. L’évaluation par un dermatologue pédiatrique aide à déterminer le meilleur plan d’action. Les crèmes médicamenteuses prescrites peuvent être une option, mais la meilleure façon de traiter l’eczéma du bébé est de prévenir les poussées en évitant les déclencheurs. Cela peut prendre du temps, des essais et des erreurs, pour découvrir les déclencheurs de votre bébé.

Érythème fessier (dermatite du siège)

Presque tous les bébés ou enfants connaîtront un certain degré d’érythème fessier ou de dermatite au début de leur vie. C’est l’une des rares affections cutanées du nouveau-né qui peuvent causer de l’inconfort ou de la douleur à votre bébé. Cette éruption cutanée se produit dans la zone de la couche et apparaît comme une peau rougie et enflammée qui peut avoir des bosses ou des saignements. La gravité peut varier considérablement. Les couches ne causent pas d’érythème fessier. Les facteurs associés à la zone de changement de couche provoquent l’éruption cutanée.

L’urine ou les selles qui restent sur la peau pendant des périodes prolongées peuvent provoquer une irritation légère à importante. Ces irritants sur la peau sensible d’un bébé entraînent une rupture de la barrière cutanée. Les infections microbiennes peuvent encore compliquer l’érythème fessier, notamment Candida albicans (levure), Staphylococcus aureus, les espèces de Streptococcus, E. coli et Bacteroides. Après avoir introduit des solides, vous pouvez identifier des aliments spécifiques qui causent plus d’irritation que d’autres. C’est au cours de ces mois plus âgés que l’érythème fessier peut être plus répandu.

La meilleure façon de traiter l’érythème fessier est de le prévenir, mais ce n’est pas toujours possible. L’éducation des parents est également essentielle. Des études montrent que des soins de la peau efficaces et des améliorations dans la technologie des couches ont réduit la fréquence et la gravité des érythèmes fessiers.

Rappelez-vous ces recommandations pour prévenir l’érythème fessier :

  • Changements de couches fréquents
  • Utilisation de couches jetables respirantes
  • Nettoyage en douceur de la zone du siège
  • Utilisation d’émollients protecteurs ou de crèmes pour créer une barrière cutanée protectrice supplémentaire
  • Conscience des aliments particuliers qui irritent

L’érythème fessier répond généralement bien au traitement à domicile. Il est préférable d’utiliser des lingettes pour bébé sans fragrances, parfums, huiles essentielles, savons et détergents. Si l’éruption cutanée est importante et douloureuse, baigner les selles ou l’urine dans un bain peut atténuer l’inconfort ressenti par votre bébé. Les émollients tels que l’oxyde de zinc, la vaseline, la lanoline ou d’autres huiles améliorent la fonction de barrière cutanée. Ils doivent être appliqués en couche mince avec un soin particulier autour des plis cutanés pour éviter l’accumulation d’émollients. L’objectif est d’aider la peau à guérir rapidement et d’éviter une irritation supplémentaire. Les éruptions cutanées compliquées par une infection microbienne ou une dermatite de contact nécessitent une évaluation professionnelle et des crèmes médicamenteuses. N’hésitez pas à contacter votre pédiatre si l’érythème fessier de votre bébé vous inquiète.

Votre pédiatre a la capacité de conseiller et de rassurer sur toute éruption cutanée que votre nouveau-né pourrait ressentir. L’éducation et la sensibilisation sont utiles pour apaiser les inquiétudes que vous pourriez avoir en tant que parent. Heureusement, les éruptions cutanées néonatales les plus courantes guérissent d’elles-mêmes avec un traitement minimal.

La fertilité n’est pas souvent considérée jusqu’au moment de fonder une famille. Le voyage vers la parentalité peut être une étape joyeuse, mais pour certains, la lutte peut être déchirante. La régulation de la fertilité individuelle est complexe, mais plusieurs facteurs de risque modifiables d’infertilité sont sous votre contrôle.

Points clés à retenir:

  • L’évaluation de vos facteurs de risque modifiables peut augmenter vos chances d’obtenir une grossesse naturellement.
  • Le contrôle du poids et l’activité physique peuvent avoir un impact sur vos hormones de reproduction et votre capacité à concevoir.
  • Le régime américain standard peut avoir un impact négatif significatif sur la fertilité.
  • Le stress, la dépression et l’anxiété peuvent avoir des conséquences sur votre fertilité.
  • Si vous essayez de concevoir sans succès depuis 12 mois, il est peut-être temps de consulter un spécialiste de la fertilité.

Le maintien d’un poids santé, une activité physique suffisante, une alimentation adéquate et la gestion du stress pourraient augmenter vos chances de tomber enceinte naturellement.

1. Maintenir un poids santé

Le poids ou l’indice de masse corporelle (IMC) est directement lié à la fertilité. La fertilité des personnes en surpoids ou en insuffisance pondérale est influencée par plusieurs facteurs, dont beaucoup sont enracinés dans des déséquilibres hormonaux. Le surpoids ou l’insuffisance pondérale peut avoir un impact sur les hormones qui régulent les menstruations et l’ovulation. Cela peut entraîner une infertilité ovulatoire chez jusqu’à 12% des personnes en insuffisance pondérale et 25% des personnes en surpoids.

Si vous êtes en surpoids, vous pouvez avoir un risque accru de :

  • Manque d’ovulation;
  • Absence de menstruations mensuelles ;
  • Temps de conception plus élevé et taux de conception plus faibles ;
  • Taux de fausses couches ;
  • Complications de grossesse.

L’obésité et un IMC plus élevé sont également associés à la résistance à l’insuline. Pour plus d’informations, visitez https://active-keto-gummies-official.top/fr/linfluence-du-sommeil-sur-la-perte-de-poids-comprendre-le-lien-et-les-strategies-pour-un-meilleur-repos/

Contents